Email     Password  
Connection | Subscription
Collaborative
technologies
Entrepreneurship
RH
marketing
OnLine
Media
eRecruiting and
talent management
Dialogue
social
Software
development
e-Business
Page
  ...  
(NB : sujet discuté aussi sur Linkedin, ici ) Directeur du Développement Durable : je suis désolé, mais ce titre ressemble plus, pour moi, à une hypocrisie marketing qu'à un vrai Job. Attention, je ne demande qu'à avoir tort - mais bon, comme on dit chez moi, l'excès de bonne conscience ne doit pas pousser mémé dans les orties. Pourtant, je publie ce billet avec l'espoir que l'on me donne tort. Non ce n'est pas paradoxal, je vous assure : je me doute d'une part qu'il en existe de "vrais" (avec un impact), mais ce serait en effet pour moi, et probablement pour toute une génération, le métier idéal. J'ai juste l'impression que c'est un avatar de la communication, et que cette dernière, sincère ou pas sur le sujet, émane réellement de la direction générale. Tenez, j'ai lu ces chiffres : 35% des entreprises annoncent avoir identifié l’impact négatif de leur activité selon le Baromètre « ODD et entreprises françaises » par le Global Compact France. Bon, OK. Sauf que voilà : Dans les faits, 37 % disent avoir réellement modifié leur stratégie en fonction des ODD... On n'y est pas encore. Voilà pourquoi je me demande, si dans les grandes entreprises où existe le poste de "Sustainable Development Director" si ce job a un réel impact et si oui, comment s'y prennent-ils pour n'être pas seulement les instruments d'une communication lénifiante. En effet, si le #DevelopementDurable était ancré dans l'entreprise, s'il impliquait vraiment ses parties prenantes sur ce thème, c'est un peu comme le "Chief Happiness Officer" (niveau bonne conscience, ouhla, il faudra en reparler dans un post, de celui-là) : eh bien l'entreprise n'en aurait absolument pas besoin. J'irais même jusqu'à dire que, si l'on part du principe que ce titre, que ce job, comme vous voudrez, était vraiment dévolu à une personne, cela voudrait peut-être dire qu'il en déresponsabilise les autres ! Alors... je m'interroge : Communication-alibi ? Pression des ODD (= Objectifs de Développement Durable) ? "Isonormage" de ce qui devrait être consubstantiel à toute mission d'entreprise ? Comment accorder une réelle substance collective à ce sujet ? Si vous connaissez de "vrais" Directeurs du Développement Durable, je suis preneur car je prépare des choses sur ce sujet et je m'avoue... Encore perplexe.
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


Misc infos
Location : On line : www.socialsellingforum.com/fr/festival
Format : Teaser
Treatment : Job expertise presentation
Preparation notes
Help us to
prepare this subject!
AUDIENCE
Our collaborative
approach
 

(NB : sujet discuté aussi sur Linkedin, ici)


Directeur du Développement Durable : je suis désolé, mais ce titre ressemble plus, pour moi, à une hypocrisie marketing qu'à un vrai Job.

Attention, je ne demande qu'à avoir tort - mais bon, comme on dit chez moi, l'excès de bonne conscience ne doit pas pousser mémé dans les orties.

Pourtant, je publie ce billet avec l'espoir que l'on me donne tort.

Non ce n'est pas paradoxal, je vous assure : je me doute d'une part qu'il en existe de "vrais" (avec un impact), mais ce serait en effet pour moi, et probablement pour toute une génération, le métier idéal.

J'ai juste l'impression que c'est un avatar de la communication, et que cette dernière, sincère ou pas sur le sujet, émane réellement de la direction générale.

Tenez, j'ai lu ces chiffres :

35% des entreprises annoncent avoir identifié l’impact négatif de leur activité selon le Baromètre « ODD et entreprises françaises » par le Global Compact France.

Bon, OK.

Sauf que voilà :

Dans les faits, 37 % disent avoir réellement modifié leur stratégie en fonction des ODD...

On n'y est pas encore.

Voilà pourquoi je me demande, si dans les grandes entreprises où existe le poste de

"Sustainable Development Director"

si ce job a un réel impact et si oui, comment s'y prennent-ils pour n'être pas seulement les instruments d'une communication lénifiante.

En effet, si le #DevelopementDurable était ancré dans l'entreprise, s'il impliquait vraiment ses parties prenantes sur ce thème, c'est un peu comme le "Chief Happiness Officer" (niveau bonne conscience, ouhla, il faudra en reparler dans un post, de celui-là) : eh bien l'entreprise n'en aurait absolument pas besoin.

J'irais même jusqu'à dire que, si l'on part du principe que ce titre, que ce job, comme vous voudrez, était vraiment dévolu à une personne, cela voudrait peut-être dire qu'il en déresponsabilise les autres !

Alors... je m'interroge :

Communication-alibi ?

Pression des ODD (= Objectifs de Développement Durable) ?

"Isonormage" de ce qui devrait être consubstantiel à toute mission d'entreprise ?

Comment accorder une réelle substance collective à ce sujet ?

Si vous connaissez de "vrais" Directeurs du Développement Durable, je suis preneur car je prépare des choses sur ce sujet et je m'avoue...

Encore perplexe.

Topic brought to you by:
Loading...
Share the link:
Connected subjects: