Email     Password  
Connection | Subscription
Collaborative
technologies
Entrepreneurship
RH
marketing
OnLine
Media
eRecruiting and
talent management
Dialogue
social
Software
development
e-Business
Page
  ...  
Nos Quartiers ont des Talents est une initiative née il y a 5 ans, au travers d'une opération pilote ayant bénéficié à 200 jeunes hauts diplômés des quartiers populaires. Comme le rappelle Claude Bébéar, président d'honneur et fondateur d'AXA, qui parraine le dispositif : "Il s'agit de convaincre les entreprises que chaque fois qu'elles font de la discrimination, elles se tirent une balle dans le pied".
You can navigate through the video thanks to the interactive summary:
Here's my feedback:
I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Speakers (5)
AUDIENCE
 
 
Follow us on Facebook
Organization by Frédéric BASCUNANA
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Claude Bébéar, AXA
Président d’honneur de Nos Quartiers ont des Talents, Pré...
Yazid Chir, Président de la filiale Virtualisation d'Or...
President co-fondateur de Nos Quartiers ont des talents, ...
Caroline Maitrot, Directrice Générale Adjointe de Studyrama
Directrice Générale Adjointe de Studyrama
Jean-Loup Salzmann, Président de l'université Paris XIII et de la conférence
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...

Nos Quartiers ont des Talents est une initiative née il y a 5 ans, au travers d'une opération pilote ayant bénéficié à 200 jeunes hauts diplômés des quartiers populaires.

Comme le rappelle Claude Bébéar, président d'honneur et fondateur d'AXA, qui parraine le dispositif : "Il s'agit de convaincre les entreprises que chaque fois qu'elles font de la discrimination, elles se tirent une balle dans le pied".
Related expertises: 

[NB : vous pouvez télécharger ce fichier en version iphone si vous préférez en cliquant ici. ]

Le contexte

Quand on ne se voile pas complètement la face, on est bien contraint d'admettre que ce qui frappe malheureusement les jeunes diplômés issus des quartiers populaires, c'est la discrimination à l'embauche. Leur patronyme, leur couleur de peau, leur adresse : ces éléments parfois combinés tous ensemble jouent d'autant plus, de facto, en leur défaveur. Fait aggravant, ce qui caractérise aussi leur situation c'est qu'ils ne disposent que très rarement de l'accès à un réseau professionnel informel. Réseau d'anciens, réseau de famille... Tous ces réseaux sur le marché dit "caché" de l'emploi qui permettent pourtant à tant d'autres de savoir mieux s'orienter grâce aux conseils de leurs aînés.

D'un autre côté, beaucoup de responsables d'entreprise, avec une bonne foi dont on ne peut douter, pensent sincèrement que leur processus de recrutement les préserve de tout risque de discrimination. Mais cette certitude mérite le plus souvent d'être remise en cause : car dans les faits les réflexes de rejet sont bien ancrés et persistent subtilement. C'est sans en prendre véritablement conscience que les recruteurs contribuent à entretenir les préjugés, et de fait, la discrimination à l'embauche en est la résultante. 

Pourtant, comme le rappelle Claude Bébéar : "Il s'agit de convaincre les entreprises que chaque fois qu'elles font de la discrimination, elles se tirent une balle dans le pied". En effet, les entreprises doivent ressembler à leur clients, et se mettre au diapason de la société qui les voit croître. 

L'idée de Nos Quartiers ont des Talents ? Mettre un terme au cliché du "jeune de banlieue" à qui on ne donne pas suffisamment de chance en entretien sous prétexte qu'il vient de trop loin (dans tous les sens du terme). 

 
Le dispositif de Nos Quartiers ont des Talents

Nos Quartiers ont des Talents a ainsi mis en place une filière de recrutement pour les jeunes des quartiers populaires. Point de misérabilisme : les jeunes ciblés par l'opération sont tous de haut diplômés (bac+4 minimum), triés sur le volet. Dans le dispositif mis en place, les entreprises sont sollicitées de la façon suivante : des cadres (le plus souvent membres de directions générales et comités exécutifs de grands groupes) acceptent de parrainer des jeunes, et de les "coacher" individuellement (à raison d'un seul jeune par parrain) pour les aider à mieux vendre leurs compétences, les conseiller, et leur faire bénéficier de leur réseau pendant toute une année.

L'opération Nos Quartiers ont des Talents a commencée il y a 5 ans, avec pour point de départ une expérience pilote s'adressant tout de même d'emblée à 200 jeunes hauts diplômés des quartiers populaires. Avec un objectif : leur donner un niveau crédible d'égalité des chances, pour que ces jeunes puissent être reçus en entretien. L'association a ainsi démontré qu'un jeune des quartiers populaires avait via ce mécanisme de parrainage 5 fois plus de chances d'être reçu en entretien.

Aujourd'hui Nos Quartiers ont des Talents rencontre un réel succès, beaucoup de chemin a été parcouru depuis cette expérience pilote puisque 3000 jeunes sont aujourd'hui parrainés.

 

Ce plateau TV et la web-tv qui l'accompagne marquent un nouveau jalon.

En compagnie des partenaires que sont Studyrama et l'Université Paris 13 ici représentés, et sur cette web-tv collaborative opérée par Webcastory, les objectifs de parrainage et de développement de l'opération sont revus à la hausse puisque le dispositif s'étend au niveau national et que son ambition, d'ici 4 ans, consiste à tout mettre en oeuvre pour multiplier par 10 le nombre de jeunes accompagnés par des professionnels.

 

Aujourd'hui, avec ce que l'on pourrait appeler la "version 2.0" de Nos Quartiers ont Des Talents, sont inaugurées les Rencontres Nationales qui participent clairement de cette "upgrade" combinant Salon de recrutement, web-tv et réseau social : puisqu'il s'agit maintenant d'associer les entreprises à la tenue d'un salon pour le recrutement des jeunes, couplé avec leur présence sur la web-tv qui va produire 100 plateaux en mode talkshow, les plus pédagogiques possibles, d'ici à la fin de l'année 2010.

En attendant, la première édition des Rencontres Nationales se tiendra les 17 et 18 Novembre 2010 en attendant l'année suivante de se déployer aussi, comme toute l'association, dans d'autres régions pour tenter de repousser encore plus loin le spectre d'intervention des parrains bénévoles.

Soulignons enfin que le 17 Novembre est une date plutôt symbolique, puisque "NQT" (pour les intimes) fêtera alors ses 5 ans.

 

Pour aller plus loin :

 

Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Frédéric BASCUNANA: Un ami me disait récemment : "les gens qui ont réussi dans la vie m'intéressent moins parce qu'ils sont bien plus préoccupés à s'arroger de nouveaux droits qu'à se rappeler de leurs devoirs".Je ne sais pas si vous réalisez la teneur quasi miraculeuse de ce que font les entrepreneurs du niveau de M. Claude Bébéar lorsqu'ils s'investissent ainsi en faveur des jeunes, mais il font tout le contraire ! Alors que depuis déjà très longtemps il n'a absolument plus rien à prouver, M. Bébéar se positionne en faveur de NQT, pour instiller une capacité d'autocritique et de remise en question chez les entreprises, et pour favoriser un peu plus de justice sociale : il réalise là quelque chose de parfaitement désintéressé. Il oublie tous les droits et toutes les possibilités immenses que lui accorderait probablement sa bonne fortune et se définit une ligne de conduite en fonction de ce qu'il estime être ses devoirs d'homme capable d'une grande influence.Voilà, j'espère juste que vous serez comme moi, plusieurs à saisir l'importance de la chose et à percevoir l'absence totale de flagornerie dans mes propos : que le fondateur d'Axa, une des entreprises en France qui a créé le plus de richesse, prête son temps et accorde ses conseils et sa sagesse à NQT est en soi un signe encourageant pour cette initiative. Et bien entendu, une démarche exemplaire à l'aune de tous les débats et dérapages dont les médias se font habituellement l'écho un peu vite, et que nous ne sommes pas peu fiers de relayer à notre façon. j'espère aussi que vous pourrez faire de même en transmettant ce lien à vos directions générales car l'ambition de NQT c'est de grandir et de trouver d'autres parrains volontaires pour offrir quelques heures de leur temps chaque mois pour des jeunes qui le méritent.   Comment from Vincent Berthelot: Ce que j'aime dans cette expérience ce sont les chiffres qui donnent corps aux discours , 5 fois plus de chance et 3000 jeunes parrainés.Maintenant je vois deux axes importants de ce développement médiatique de NQT. Le premier assez évident est bien sûr de montrer aux dirigeants, RH, etc., enfin tous ceux qui sont en responsabilité d'accepter un jeune en stage ou de le recruter et de prendre conscience de la valeur de ces jeunes diplômés et de ce qu'ils peuvent apporter à l'entreprise.Le second axe est plus difficle , c'est de montrer aux plus jeunes de ces quartiers cet exemple de réussite, de valoriser les efforts de ces jeunes dans le suivi scolaire, l'obtention de diplômes.Redonner confiance dans le "système", redonner envie d'apprendre, d'étudier car c'est dès le plus jeune âge que l'on peut faciliter cette orientation et cet investissement.NQT doit s'adresser aux familles, aux élèves, aux parents et pas seulement aux employeurs.  Comment from : On ne peut effectivement que se réjouir du développement de "Nos Quartiers ont des Talents". Cette initiative permet de transformer peu à peu les représentations négatives de ces quartiers. Mais je crois qu'il faut pousser plus loin aussi bien la réflexion que l'action : - il faut assez rapidement élargir le champ pour intégrer des jeunes qui ne sont pas nécessairement (haut) diplômés et qui ont néanmoins de nombreuses compétences (pas forcément scolaires) utiles aux entreprises. Sinon on risque de produire un effet pervers : permettre aux jeunes diplômés de sortir (géographiquement, socialement et symboliquement) de leur quartier, et par là même maintenir des autres dans ces espaces qui seront définitivement assimilés à de la relégation.- il faut entreprendre avec les DG et les DRH une réflexion profonde sur les compétences dont ils ont réellement besoin pour développer leur activité. Beaucoup réaliseront alors qu'ils n'ont pas forcément besoin d'un haut diplômé d'école de commerce, mais plutôt d'un titulaire de BTS commerce très débrouillard (car, précisément, issu d'un "grand ensemble"). Je renvoie ici au travail mené depuis 25 ans par l'association Transfer et le développement de la méthode Intervention Offre Demande (IOD) : http://www.transfer-iod.org/transfer/inet/index.php  Comment from Vincent Berthelot: Oui mais attention plus le diplôme est "faible" plus le "risque" ressenti par l'entreprise est grand et les freins à l'embauche aussi!Il est important de montrer aussi que de nos quartiers peuvent émerger de très hauts potentiels et pas seulement une capacité à la débrouille.Le symbolique est primordial dans le changement de valeurs... Comment from : Tout à fait d'accord. D'où la nécessité d'une double réflexion honnête et sincère :- sur ces "risques" supposés et sur ces freins qui ne sont pas toujours justifiés (on a tendance en France à sacraliser les diplômes. Les cabinets de recrutement sont les plus frileux et préfèrent choisir un bon diplôme pour se couvrir en cas d'échec)- sur les capacités et compétences réelles développées par ces jeunes (qui ne forment en rien un groupe homogène)Pas sûr qu'en se focalisant sur les seuls "très hauts potentiels" on en fasse des exemples pour les autres jeunes des quartiers, ces derniers ne pouvant (pour la plupart) se reconnaître et envisager une telle mobilité/promotion. Comment from Frédéric BASCUNANA: Merci pour la qualité de vos commentaires @Raphaël et @Vincent.A vrai dire vous rentrez totalement dans le vif du sujet et dans les questions légitimes qu'il convient en effet de soulever.Pourquoi devons-nous débattre de tout cela d'ailleurs ? Je vous le donne dans le mile : parce que le débat sera en soi porteur des valeurs de cette opération. Pendant que d'autres s'excitent sur l'identité nationale, ici nous avançons avec pragmatisme.NQT est une association loi de 1901 : néanmoins le simple fait que cette initiative nous conduise à débattre et à approfondir les questions soulevées va nous permettre d'attirer de nouvelles entreprises susceptibles de parrainer des jeunes : ce débat-là ne sert aucune querelle politicienne, c'est un débat qui a du coeur et qui défend une déontologie pragmatique.Vos simples avis sont d'une puissance dont je vous promets et je vous certifie que nous mesurerons tous ensemble l'impact dans seulement quelques mois : si ce site a le succès escompté, nous aurons largement fait bouger les choses, aussi suis-je évidemment totalement motivé pour mettre une fois de plus, et sur la base des contributions de Vincent et Raphaël, à disposition le plateau Tv pour aller plus loin : le souhaitez-vous ? Pouvez-vous au passage nous aider à faire venir d'autres recruteurs capable de se prononcer sur ce thème ?   Comment from Vincent Berthelot: j'ai envie de voir cette aventure continuer et voir des jeunes temoigner sur cette experience, des entreprises raconter leur engagement...A quand la suite et le concret pour aller encore plus loin et donner une impulsion aux quartiersm aux RH ? Comment from Ziryeb MAROUF: Je partage complètement ton avis Vincent, c'est une aventure hors du commun!Il y un peu plus de 10 ans, j’ai eu la chance d’être parrainé par quelqu’un qui a décidé de me faire confiance, de m’ouvrir son réseau, de partager avec moi les codes de cet univers que constitue l’entreprise.Ce parrainage m’a permis d’intégrer Siemens dans les télécom, d’être formé à Munich pour devenir ingénieur système et de contribuer au déploiement des plateformes mobiles, de voyager etc…!Ce geste simple de parrainage (faire confiance, donner quelques heures, recommander…) à changer ma vie en m’ouvrant la porte d’autres entreprises et d’autres métiers puisque j’avais pu faire mes preuves et bénéficier de références !Pouvoir rendre à la société une partie ce qu’elle nous a donné me semble important lorsque cela est possible.Quand je vois les avancées de Yazid ainsi que celles de ses partenaires, avec une démarche valorisant nos jeunes, cela force le respect et suggère l'engagement!C’est ce que j'ai fait en rejoignant Nos Quartiers Ont Des Talents il y a quelques mois.Quand Yazid m’a informé, il y a quelques semaines, du projet nosquartiers.tv préparant ce grand rendez-vous en fin d’année, je lui ai tout de suite manifesté mon intérêt et mon soutien.A votre disposition, donc, pour porter une pierre à l’édifice ;-)Ziryeb  Comment from Vincent Berthelot: Je trouve cela genial Zyrieb que tu fasses naturellement le premier pont entre ces jeunes et l'entreprise par ton exemple personnel tellement significatif.Ton engagement au dela d'une belle symbolique va assurer une relle dynamique j'en suis convaincu, tout cela est enthousiasmant et on a TOUS besoin de beaux projets comme celui-ci